EDDARD MINGWE, AUTEUR DANS LES GRANDES LARGEURS...

EDDARD MINGWE, AUTEUR DANS LES GRANDES LARGEURS...

POSTS & NEWS


LA MORT DE L'AUTOEDITION (PT2) : UN PETIT POST MERDIQUE POUR EN FINIR AVEC UNE ANNEE A CHIER...

Punaise ! Je me promène sur les réseaux depuis dix minutes et je m’aperçois que tout le monde publie son bilan 2017. Au programme des réjouissances : lectures, coups de cœur, prévisions et attentes…

 

Et là, touché par un éclair de lucidité, je me souviens soudainement que j’ai un blog, moisissant là quelque part sur une obscure plateforme (j'espère qu'ils ne vont pas me virer^^), attendant désespérément que je le sorte de son hibernation et que je le nourrisse. Bref, il serait peut-être enfin temps de m’y remettre et de passer à mon tour à autre chose. Me projeter avec enthousiasme vers l'avenir radieux qui m'est promis (cool) et effacer cette période de grosse tempête qui vient de s’achever.

 

Quand tu tombes malade du jour au lendemain sans savoir pourquoi, et que depuis le fond de ton trou (enfin pas le mien, celui dans lequel j’étais tombé, sinon anatomiquement parlant ça paraît carrément compliqué), en proie à la colère et te sentant victime de la plus grande des injustices tu as osé traité dieu de tous les noms d’oiseaux possible (faut une majuscule ou pas à « dieu » ?) alors que curieusement tu n’as jamais cru en lui, et bien ce jour-là, tu commences à mûrir sérieusement et à prendre du recul sur les choses futiles qui t’entourent et leur curieux fonctionnement ( la famille, les amis, le sens de la vie, bref ce genre de conneries qui te polluent l’existence 24h/24^^).

 

Bon, je ne reviens pas d’outre-tombe pour vous gaver de choses inutiles concernant ma vie et l’année de merde que je viens de passer…Vous vous en foutez royalement et à juste titre.

 

Je viens parler d’autoédition. Voui, c'est vrai, ça faisait un bail...

 

Entre les séjours à l’hôpital, les arrêts de travail et tout le bordel qui va avec, j’ai carrément cessé d’écrire (pas d’inspiration, peu d’envie, l’étrange impression d’avoir été puni pour toutes les lignes odieuses parsemant mes deux premiers romans). Je me suis dit « c’est bien fait pour ta gueule, t’avais qu’à pas être si vilain et te foutre des gens, na ! ». Conséquence, faute d’user mes doigts sur un clavier, j’ai lu plus que d’habitude. Et presque exclusivement de l’autoédition. Pour voir et analyser finement (ah, ah, ah, même moi ça me fait rire) ce que les autres font.

Après une analyse rigoureuse du pourquoi du comment du peut-être, je me suis posé la seule véritable question, celle qui nous intéresse tous, nous autres les êtres cupides peuplant les rangs de l'armée des vils autoédités…

 

Un peu de suspens…

 

Vla ze question of the gods…

 

Pourquoi acheter les yeux fermés l’ouvrage magnifique, novateur et recherché d’un auteur autoédité injustement ignoré plutôt que l’ignoble rejeton stérile, redondant, réchauffé et fade d’une star confirmée alors que se profile une nouvelle année prometteuse (j’y crois pas une seconde mais faut positiver^^) ?

 

 Wow, ça déchire ça…C’est original et en plus tu vas te faire plein de copains, c'est ti pa chouette^^

 

Attention, cet article est sérieux et documenté (il en va tout de même de la crédibilité de mon statut d’auteur autoédité…Holà, il y a minimum trois incompatibilités dans cette parenthèse, cherchez -les^^), et ne contient aucun spoiler car tout le monde s'en fout.

 

Voici donc des preuves irréfutables, fruits de la synthèse de nombreuses lectures et commentaires associés sur un site pris totalement au hasard dont je ne me souviens malheureusement pas le nom. Amazon, je crois, ou un truc dans le genre^^.

 

Première constat : selon 100% des membres de la famille et 100% des amis qui laissent un commentaire dithyrambique spontané et méticuleusement argumenté environ 5 longues minutes après la sortie du roman (c’est même parfois avant car ils lisent super vite), le bouquin n’est pas une simple œuvre mais bien un pur chef-d’œuvre largement sous-estimé…Bien entendu, il y aura toujours des lecteurs rabat-joie venus d’au-delà de la sphère, passant là par hasard, qui vont s’insurger et penser « mais ce sont des commentaires bidons, c’est pas possible ! »…

Tsss, ce sont forcément des idiots, des ignorants, des rageux ou des jaloux sans talent. Le maître-mot qui s’impose, c’est « ignorez-les ! », et continuez avec vos arguments chocs et crédibles genre « le livre du siècle », « l’égal de Stephen King », « je l’ai déjà relu trois fois et je ne m’en lasse pas ». Franchement merde, on fait ce qu’on veut et surtout au prix misérable auquel on vend le bouquin !

 

Second constat : l’auteur autoédité est capable de prouesses techniques de haute volée. Ce magicien des mots n’écrit pas en tapotant à deux doigts comme un débile sur son clavier. Promis, je n’ai rien contre les débiles qui n’ont que deux doigts, je compatis, ça doit être lourd comme double-handicap. Les commentaires relevés çà et là sont unanimes et formels, l’autoédité écrit à l’aide d’une plume, ce qui est assez rare et remarquable à notre époque.

Rien que pour cette gestuelle épique et émérite qui peut dénoter à l’heure moderne, il méritera donc un plein soutien.

Cette plume est souvent fluide. Et là comme vous êtes sûrement beaucoup plus intelligent que moi, vous allez me dire comment une plume peut-elle être fluide puisque c’est juste une tige sur laquelle des poils sont accrochés (j’avais prévenu que le contenu de l’article serait puissant).

La plume de l’autoédité est toujours agréable (ça dépend où on se la met je présume). Elle est également dynamique et efficace (je vous renvoie à l’ouvrage très documenté « Biodynamique efficace de la plume fluide de l’autoédité à travers les âges » de… Zut, j’ai perdu son nom, mais pour écrire un truc aussi inutilement con, il devait forcément être auto-édité.

 

Troisième constat : le roman de l’auteur autoédité qui vient de sortir est toujours une incroyable découverte, même si de nombreux lecteurs, hors de la sphère, ne l’ont visiblement toujours pas trouvé. L’ouvrage est constamment jouissif (encore une histoire d’endroit, se rapporter au bon usage de la plume de l’autoédité quelques paragraphes plus haut…Attention, un livre reste un objet bien plus anguleux, rugueux et volumineux qu’une plume, il est donc préférable de prendre quelques précautions).

 

Quatrième constat : bien loin des idées reçues, l’auteur autoédité est plus matheux que littéraire. Il a fait math sup’, sait compter jusqu’à 10000 et aime le prouver chaque jour. Exemples : « Aujourd’hui, j’ai écrit 3284 mots… ». « Wow, aujourd’hui 5213 mots… ». « Plus que 4451 mots avant d’entamer la conclusion de ce long chapitre déjà long de 9215 mots que j’ai attaqué il y a 12 jours à 21h34 alors que je n’avais pas dormi depuis 3 nuits et que j’avais dévoré 254 grammes de spaghettis. » Bon, en fait on s’en fout !

 

Cinquième constat : l’auteur autoédité est un tueur marketing. Son roman est souvent en promo exceptionnelle pour une durée limitée au prix incroyable de 0.99 euros alors qu’il est déjà toute l’année au même prix ridicule. C’est un argument commercial qui défie toute logique.

 

Sixième constat : et c’est sans doute le point le plus important, le roman de l’auteur autoédité est addictif. C’est toujours un véritable page-turner dont la lecture nous transforme. Il est direct, c’est une bombe, un uppercut littéraire. Il est un peu comme Ike avec Tina, c’est un livre qui promet de vous en mettre plein la gueule.

 

Sinon? Excellentes fêtes de fin d’année à tous !

 

Mouais, en 2017 j'ai perdu 10 kilos...Et c'était pas du à un régime^^


31/12/2017
4 Poster un commentaire

LA MORT DE L'AUTO-EDITION : CHRONOLOGIE EXCLUSIVE D'UNE MORT ANNONCEE...

Comment l'autoédition est mortecry...(Attention flashforwards ! Ames sensibles & auteurs indés en quête de reconnaissance s'abstenircool)

 

Chronologie non exhaustive des évènements...

 

2016    Dans son grand journal, l'empereur autoproclamé Augustus Trappinus 1er consigne les bases d'une loi pour limiter la propagation du fléau naissant de l'auto-édition. Le roi de la critique facile encourage notamment la chasse aux auteurs auto-édités sur les réseaux sociaux, mais également dans le bois de Boulogne qu'il fréquente assidument.

 

2017    Le terme "auto-édité" fait une entrée remarquée dans l'ensemble des dictionnaires en tant que synonyme officiel de "médiocrité".

 

2018   Plusieurs études scientifiques sérieuses financées par un conglomérat de grandes maisons d'édition et relayées intensivement par les médias démontrent que près de 99% des auteurs indépendants seraient analphabètes ou consanguins,  et représenteraient une menace réelle pour la société pluriculturelle.

 

2019    Bernard Pivot est arrêté, interrogé, torturé (on lui injecte par intraveineuse de l'essence d'extraits de romans de Marc Lévy racontés par Arielle Dombasle ) et enfin exécuté après avoir avoué l'impensable : il aurait aimé et chroniqué un roman auto-édité en cachette deux ans plus tôt.

 

2020   La loi El Sépalir est votée à l'unanimité.  Les lecteurs courageux qui dénoncent un auteur auto-édité seront désormais exemptés d'impôt sur le revenu et susceptibles d'être candidats à la légion d'honneur.

 

2021    Les auteurs auto-édités sont interdits de présence sur les salons. On les accepte uniquement désormais dans les nouveaux zoos littéraires super tendance où les lecteurs sont vivement invités à venir leur jeter des cacahuètes tout en pouvant se moquer de leurs romans ridicules et bourrés de fautes.

 

2022    La Bible, considérée à tort ou à raison comme le premier roman auto-édité de l'histoire de l'humanité, est interdite. Le livre est entièrement réécrit et réédité chez Xo Editions, devenant au passage le plus gros succès commercial de Guillaume Musso.

 

2023    Alors que le phénomène d'auto-édition a enfin été éradiqué, Augustus Trappinus 1er est retrouvé mort dans son salon, la main droite anormalement gonflée et déformée, le sexe à l'air,  des amas de feuilles de sopalin collantes éparpillées autour de lui. A proximité de sa dépouille ridicule, une caisse pleine de romans auto-édités...

 

A suivre...

 


26/03/2017
2 Poster un commentaire

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser